Vous êtes ici : > Anguille européenne

Un partenariat MRM / DREAL Auvergne-Rhône-Alpes
  • Caractéristiques générales de l'espèce

    L’anguille européenne (Anguilla anguilla) constitue l’une des 15 espèces représentées dans le genre Anguilla. D’aspect serpentiforme le corps de l’anguille est cylindrique dans sa partie antérieure puis s’aplatit progressivement au niveau de la région caudale. L’Anguille possède des nageoires pectorales de petite taille ainsi qu’une nageoire soudée allant de l’anus jusqu’au milieu du dos. La peau est recouverte d’un mucus abondant et sa couleur varie de jaune à gris-vert foncé en fonction du stade de maturation.

  • Cycle de vie

    L’Anguille est le seul grand migrateur qui à l’inverse de l’alose ou de la lamproie marine, grandit en eau douce et descend les cours d’eau pour se reproduire en mer (migration catadrome). Cette espèce amphihaline a un cycle de vie unique et encore mystérieux sur de nombreux points, a fortiori en région méditerranéenne. L’endroit exact de la reproduction n’est pas connu précisément, mais se localiserait dans la mer des Sargasses. Il est communément admis que cette aire de ponte est unique et que l’ensemble des anguilles européennes appartiennent à une seule et  même population dont tous les géniteurs sont susceptibles de se croiser et de se reproduire au hasard.

    Les larves appelées leptocéphales effectuent une migration vers les côtes européennes (6000 km environ) puis se transforment en civelles transparentes aux abords du plateau continental. Les civelles colonisent alors les eaux continentales et de transition durant les premiers mois de l’année. Elles se pigmentent et peuvent se sédentariser à faible distance de la mer ou reprendre des mouvements vers l’amont au cours des années suivantes. Elles effectuent leur croissance aussi bien dans les milieux côtiers que dans les estuaires, marais, fleuves, rivières et ruisseaux .

  • Stade de développement

    • Civelles

      A l’approche du continent les leptocéphales subissent une métamorphose et se transforment en petites anguilles transparentes, appelées civelles, qui mesurent de 5 à 7 cm. A ce stade elles optent pour une nage active afin de s’approcher des estuaires et coloniser ensuite les  milieux continentaux participant ainsi au recrutement. Sous l’effet de la lumière elles vont alors commencer à se pigmenter et devenir des petites anguillettes. Ce changement de stade, défini par le degré de pigmentation, a lieu aux alentours de 7 cm.

    • Anguillettes

      Le stade anguillette correspond aux individus en phase de colonisation active du bassin versant vers l’amont. Les anguillettes se différencient des civelles par leur pigmentation et leur taille qui s’étend de 8 à 30 cm. La taille des anguilles est un bon indicateur de leur comportement migratoire. On parle d’anguillettes pour des sujets jusqu’à 300 mm, au delà on considère qu’il s’agit d’individus susceptibles de se sédentariser (stade anguille jaune).

    • Anguilles jaune

      Après quelques années l’Anguille adopte un mode de vie principalement sédentaire. Les déplacements se font essentiellement entre les zones de repos et de chasse, avec une activité essentiellement nocturne, l’espèce étant lucifuge. Les habitats de l’anguille sont variés, elle peut effectuer sa croissance aussi bien dans les milieux côtiers que dans les estuaires, fleuves, rivières, ruisseaux. L’adulte peut vivre en au douce de 4 à 20 ans.

    • Anguilles argentée

      Au terme de sa période continentale, l’Anguille subit une seconde métamorphose, l’argenture, qui conduit vers l’acquisition de la maturité sexuelle. Ceci se caractérise notamment par l’accroissement de l’œil, des pectorales, de l’épaisseur de la peau… Elle change également de teinte avec l’apparition d’une couleur argentée donnant le nom à cette seconde métamorphose et l’apparition de taches noires le long de la ligne latérale.

Descripteurs

État de la population d’anguilles en 2017 SUR LA CARTE + D'INFOS
Effectifs d’anguilles dans les passes pièges (2017)
Effectifs de civelles dans les passes pièges (hiver 2016-2017)