Vous êtes ici : > > > • Effectifs de civelles dans les passes-pièges (2020-2021)

  • 254131 civelles
    • État global

      L’indicateur global transcrit l’état de la population d’anguille européenne sur l’ensemble de son aire de répartition. Cet indicateur se base sur le statut U.I.C.N. de l’espèce (Danger critique d’extinction), sur le classement à ‘Annexe II de la Convention CITES, et sur le compte rendu annuel du WGEEL.


      En l’état, ces différentes sources permettent de justifier l’affichage d’un très mauvais état du recrutement en civelle à l’échelle globale.

    • Site de suivi

      L’indicateur civelle local transcrit l’état actuel du recrutement au niveau de l’embouchure de l’ Étang de Vaccarès (site de suivi du Grau de la Fourcade). Un indicateur a été développé spécifiquement pour ce site de suivi.

      Les analyses réalisées montrent un très mauvais état du recrutement en civelles à l’issue de la saison 2020-2021.


      Fonctionnement de l’Indicateur…

  • Téléchargement des données

    Pour obtenir un accès complet à la base de données et aux analyses du suivi, transmettez une demande à l’association MRM en remplissant ce formulaire :

    Demande d’accès aux bases de données

  • More

    Passe-piège de Bages-Sigean

    à venir (en phase de test)
    Fermer

1. EFFECTIFS DE CIVELLES DANS LES PASSES-PIEGES

Au cours de la saison 2020-2021, 254 131 civelles ont été capturées dans la passe-piège du Grau de la Fourcade, ce qui est très faible. Ce constat est d’autant plus alarmant que, contrairement à la saison  précédente, le dispositif de suivi a fonctionné sans interruption sur toute la période critique de migration, et que les débits Rhodaniens ont été globalement favorables à l’attrait de l’étang du Vaccarès. Cette baisse significative enregistrée sur le site du Grau de la Fourcade depuis le milieu des années 2010 est toutefois cohérente avec les tendances globales de recrutement à la baisse rapportées par le CIEM (Groupe de Travail Anguille). Ces résultats inquiétants sont cohérents avec plusieurs autres suivis menés en Rhône-Méditerranée (détaillés par la suite).

L’effectif de civelles au Vaccarès est considéré à la baisse par rapport aux 5 dernières années et l’état du recrutement sur ce même site Très Mauvais. Ce constat local est conforté par les données européennes et les observations réalisées ailleurs sur le bassin Rhône-Méditerranée.

Le faible recrutement observé peut en partie être expliqué par le manque d’attrait en mer constaté jusqu’à fin janvier, lié aux bas niveaux des étangs et à la fermeture des vannes du pertuis de la Fourcade, qui a pu limiter l’orientation du flux migrant vers le Grau en début de saison.

Les analyses montrent aussi que 60 % des civelles ont été capturées en février et 30% en mars, ce qui  n’est toutefois pas nécessairement représentatif de la période d’arrivée des civelles. En effet, l’analyse des stades pigmentaires a révélé la présence de stades avancés (et donc présents sur site depuis déjà plusieurs semaines) en février. Les civelles ont donc pu rencontrer des difficultés à accéder à la passe-piège jusqu’au mois de février. Le fonctionnement soutenu des pompes qui assurent l’évacuation des eaux pluviales du canal de l’éolienne en novembre-décembre-janvier, en lien avec des faibles températures de l’eau à cette même période, ont vraisemblablement généré des conditions défavorables aux déplacements des jeunes anguilles, dont les capacités de nage sont très limitées.

D’AUTRES DONNÉES LOCALES QUI RENFORCENT UN CONSTAT ALARMANT :

Les autres suivis et études fournissant des informations sur les recrutements en anguilles en Rhône Méditerranée pour la saison 2020-2021 traduisent également une baisse des arrivées de civelles au niveau des estuaires et des lagunes depuis plusieurs années :

Le descripteur de colonisation du Rhône par les anguillettes est au plus bas depuis deux ans, avec moins de 300 000 anguillettes capturées cette année.

Des pêches électriques ciblant spécifiquement les petites anguilles menées par la FDAAPPMA 66 sur la Têt ont montré en 2021 des faibles densités d’anguilles de moins de 150 mm sur les différents sites suivis (moins de 5 individus / 100 m2).

Des pêches électriques menées par la FDAAPPMA 13 sur l’Anguillon à l’aval du bassin de la Durance, indiquent des densités beaucoup plus faibles que lors d’opérations similaires réalisées précédemment : moins de 1000 individus à l’hectare en 2021 contre prêt de 10 000 en 2016, avec une disparition totale des anguilles de moins de 150 mm).

Enfin, les effectifs de civelles capturées dans les dispositifs « Flottangs » au Grau de Bages-Sigean sont légèrement plus élevés que la saison précédente, mais les captures globales restent faibles. Les résultats globaux de cette étude sont synthétisés ci-dessous.

Saison Date début suivi Date fin suivi Nombre de flottangs Nombre de civelles CPUE (civelles/flottangs)
2018/2019 12/12/2018 31/03/2019 11 903 82,7
2019/2020 01/10/2019 17/03/2020 16 694 44,5
2020/2021 01/10/2020 02/04/2021 15 737 46,2

2. PROTOCOLE ET MODALITÉS DE CALCUL :

La passe-piège est constituée d’une rampe de reptation à brosses se terminant par un bac de piégeage de 200 litres où les civelles sont récupérées lors des 2 à 5 visites hebdomadaires. Le suivi a lieu d’octobre à avril (période propice à la migration). Les civelles capturées sont séparées des anguillettes, puis pesées sans dénombrement. Afin de déterminer le poids moyen des individus et d’estimer ainsi l’effectif piégé, 6 sous-échantillons hebdomadaires de 30 civelles sont pesés. Elles sont ensuite rapidement relâchées dans l’étang de Vaccarès où elles poursuivront leur croissance. Lors de l’analyse des stades pigmentaires, le stade des civelles est déterminé à partir de la clef de détermination proposée par le GRISAM (2003).

Les effectifs de la dernière campagne sont comparés à la moyenne des effectifs des 5 saisons précédentes. Les variations annuelles d’effectifs sont considérées significatives si elles dépassent l’IC95. Dans le cas contraire, la tendance annuelle est considérée stable.

Ci-dessus : De gauche à droite, le bac de piégeage des civelles, la rampe de reptation en brosses, et la libération des individus après biométrie (© MRM)

3. OBJECTIFS DE L'ÉTUDE ET STRATÉGIE DE SUIVI :

La pêche à la civelle est interdite en région méditerranéenne française. Avant 2003, on ne disposait d’aucune information sur le recrutement en civelles sur le bassin. Après une étude de faisabilité couvrant l’arc méditerranéen et la Corse, un classement des sites favorables pour l’installation d’une passe-piège à civelles a été établi. Le premier site retenu a été le Grau de la Fourcade dans le delta du Rhône où une passe-piège a été installée à l’automne 2003, avec un suivi à partir de janvier 2004. Intégrée au réseau de sites index du Plan de Gestion National de l’Anguille, la passe piège du Grau de la Fourcade est aujourd’hui le seul site fonctionnel pour le suivi du recrutement de civelles en Méditerranée.

Toutefois, l’entrée d’eau de mer dans l’étang du Vaccarès étant gérée par des vannes, l’entrée des civelles est conditionnée par leur gestion, ce qui peut donner une indication quelque peu biaisée des effectifs qui seraient recrutés en conditions naturelles. Dans le cadre du PLAGEPOMI 2016-2021, un nouveau site de suivi sur une connexion naturelle à la mer de l’étang de Bages-Sigean est en cours de test par l’Université de Perpignan.

4. PARTENAIRES TECHNIQUES DE SUIVI :

5. RAPPORTS D'ETUDES :