Vous êtes ici : > > > • Effectifs d’Aloses aux stations de vidéo-comptage (2018)

Stade de développement

  • 3333 aloses

1. Résultats globaux

1.1. Barrage de Bladier-Ricard

2018 constitue la 3ème année de suivi des remontées d’aloses sur l’Hérault par vidéo-comptage. On observe une diminution des effectifs depuis le lancement, passant de 335 aloses en 2016 à 150 en 2018. En 2018 le débit de l’Hérault a été particulièrement soutenu durant la période de migration, avec une attractivité plus faible de la passe à poissons qui pourrait expliquer en partie ce résultat.

1.2. Barrage de Sauveterre

Pour la 1ère année de suivi, 3 183 aloses ont été comptabilisées par vidéo dans la passe de Sauveterre. L’analyse conjointe de la CPUE et de la reproduction montre une colonisation importante des affluents en aval à savoir le Gardon et la Durance, ce qui peut expliquer au moins en partie cet effectif qui peut paraître faible.

2. Protocole & modalités de calculs

Le vidéo-comptage permet l’identification et le dénombrement des poissons franchissant une passe. L‘enregistrement se déclenche lors d’un mouvement devant la fenêtre de visionnage. Pour le site de Bladier-Ricard, les séquences vidéo sont dépouillées par la FDAAPPMA 34 qui dénombre les espèces amphihalines du 1er mars au 30 juin correspondant à la période théorique de migration des aloses et des lamproies.

Ci-dessous : Quelques images issues des enregistrements de vidéo-comptage 2018 de Sauveterre : de gauche à droite, deux aloses, un amour blanc, une anguille jaune et un mulet (© MRM)

Limites :

Aujourd’hui, la faible chronique de données ne permet pas l’affichage d’une tendance sur l’évolution inter-annuelle des passages d’aloses  au niveau des stations de vidéo-comptage.

3. Objectifs et stratégie de suivi

3.1. BARRAGE DE BLADIER-RICARD :

Le barrage de Bladier Ricard, situé sur le fleuve Hérault, était identifié comme ouvrage prioritaire pour les poissons migrateurs par le PLAGEPOMI 2010-2015. Il a donc fait l’objet en 2012 de travaux de rénovation de la passe à poissons (jugée inefficace pour l’Alose) à laquelle un dispositif de vidéo-comptage a été intégré afin de vérifier l’efficacité de la nouvelle passe. Depuis 2016, le portage de la maîtrise d’ouvrage du suivi par la Fédération de pêche de l’Hérault a permis la pérennisation du suivi, qui a été inscrit au PLAGEPOMI 2016-2021 étant donné l’intérêt majeur des informations qu’il peut apporter sur la dynamique de populations d’aloses en Méditerranée (position centrale du fleuve côtier sur le bassin méditerranéen, proximité à la mer du site de suivi).

3.2. BARRAGE DE SAUVETERRE :

Le barrage de  Sauveterre était depuis longtemps connu pour être un obstacle prioritaire à traiter sur la voie de migration des aloses du bassin du Rhône et a été équipé d’une passe à poissons en 2017, associée à une station de  vidéo-comptage . Les études et travaux ont demandé plus d’une dizaine d’années étant donné la complexité et l’envergure de l’ouvrage.

 

Deux stations de suivi par vidéo-comptage sont ainsi aujourd’hui opérationnelles parmi les six envisagées dans les objectifs du PLAGEPOMI 2016-2021, visant à disposer à terme d’une vision globale de l’évolution des flux migratoires et permettant d’évaluer les bénéfices des mesures de gestion pour la sauvegarde des espèces amphihalines.

4. Partenaires techniques de suivi